fbpx Palmina Panichella - CCIMN - Chambre de Commerce et d'Industrie de Montréal-Nord

Palmina Panichella

1ÈRE VICE-PRÉSIDENTE

Caisse Desjardins – Responsable du bureau de renouvellement des permis et d’immatriculation (mandataire de la SAAQ) et des kiosques de Loto Québec

Parlez-nous de votre parcours professionnel

J’ai débuté ma carrière dans le domaine hôtelier comme responsable d’une équipe d’un
hôtel faisant partie de la chaine Holiday Inn. J’ai quitté brièvement le Canada pour l’Europe
ou j’ai continué mon parcours toujours dans le service à la clientèle. À mon retour, je me
suis jointe à l’équipe de la Chambre de commerce et d’industrie de Montréal-Nord (CCIMN)
en 2007 en qualité d’adjointe de direction et par la suite, j’ai occupé le poste de directrice
générale de 2011 à 2019. Mon profond attachement au territoire de Montréal-Nord a fait
en sorte que j’ai choisi une entreprise dont les valeurs et la mission me permettraient de
continuer à le servir. Je me suis donc jointe à l’équipe de la Caisse Desjardins Sault-au-
Récollet-Montréal-Nord comme directrice adjointe des services aux membres.

Vous êtes impliqué à la Chambre depuis plus de 14 ans, pouvez-vous nous en dire
plus sur votre histoire à la CCIMN?

Durant mon long passage à la CCIMN, en m’appuyant sur une équipe dévouée, sur des partenaires du milieu mobilisés et des membres du conseil d’administration engagés, nous
avons élaboré des évènements majeurs tels que des tournois de golf annuels et soirées Casino au profit des jeunes de MN, le Gala Élite qui reconnait les entreprises du territoire, nous avons coorganisé le 1er forum de développement durable de l’est de Montréal, etc. En 2014, nous avons créé l’Aile jeunesse et le Regroupement des industriels de Montréal- Nord pour accroître notre représentativité du territoire. Au nom de la CCIMN, j’ai eu l’immense plaisir d’être un des membres fondateurs de la Table de concertation du développement économique de Montréal-Nord, de participer à la réflexion pour le réaménagement et la revitalisation des zones industrielles de Montréal-Nord, de mettre sur pied une cellule de mentorat d’affaires. J’ai aussi eu le privilège de siéger au Conseil d'administration du Centre de santé et services sociaux d’Ahuntsic-Montréal-Nord (CSSS-AMN), sur le Conseil d’administration de l’association des commerçants de la rue Charleroi ainsi que de la Société du Centenaire de Montréal-Nord.

En quoi être membre de la CCIMN peut-il influencer la réussite d’une entreprise?

Le territoire de Montréal-Nord a la chance de pouvoir compter sur une des dernières chambres de commerces locales du Grand Montréal. Cette réalité permet une proximité avec les chefs d’entreprises du territoire, avec les organismes du milieu et avec les élus.  La CCIMN est la voix des gens d’affaires. De plus, elle bénéficie d’un grand réseau d’intervenants et représentants des différents programmes et services gouvernementaux. À mes yeux, ce qui représente le plus grand avantage de faire partie de la CCIMN, c’est l’esprit d’entraide, de partage de meilleurs pratiques et de partages de réseaux entre les gens d’affaires. J’ai souvent dit aux jeunes entrepreneurs : « À toutes les fois que tu rencontres un membre de la CCIMN, assure-toi d’avoir des échanges de qualité, car tu n’as pas juste accès qu’au membre en question mais plutôt à tout son réseau. Ce qui représente en moyenne 250 à 300 autres personnes.

Un message à transmettre aux entrepreneurs?

L’importance et la force de la communauté n’ont jamais été aussi évidentes qu’à l’heure actuelle. Ceci est vrai en affaires aussi. Nous avons compris l’importance des « connexions » humaines, d’une poignée de main et d’une discussion enrichissante en prenant un café. Les chambres de commerce locales offrent une excellente opportunité pour ces connexions, pour l’entraide et pour le développement des affaires. Elles vous permettent de vous faire connaître, d’élargir votre réseau, de stimuler la créativité, de briser l’isolement que vivent parfois les chefs d’entreprises, de redonner à votre communauté et j’en passe. En 14 ans, j’ai vu à répétitions le grand impact que peut avoir cette synergie qui se crée entre gens d’affaires. C’était palpable!